Ce site internet utilise des cookies pour fonctionner.

Vous êtes ici

Expression des élus de la minorité

//

Faire entendre sa voix

Dans le magazine de septembre dernier, nous faisions part de nos craintes concernant l'avenir des centres socioculturels. Qu'avions-nous osé dire ? Nous avons été traités de « pyromanes ».

En ce début 2017, la situation des centres semble hélas nous donner raison ! Au budget voté en décembre, le 1er adjoint « consent généreusement » à débloquer 50 % de la subvention. Cela fragilisera les centres et mettra en
péril leurs actions, pourtant reconnues par tous comme nécessaires au « vivre ensemble ». Comme lors de la fermeture du centre René Couillaud, nous ne comprenons pas les raisons de ce mauvais coup et ne percevons pas
le projet porté par la municipalité ?

Le document présentant le budget municipal affirme « accorder une subvention de fonctionnement suite à un travail réalisé de façon collaborative et partagée ». Quelques lignes plus tard, les auteurs disent « être dans l'impossibilité d'inscrire les relations entre [la] collectivité et les CSC dans une logique d'objectifs partagés... » Où est la cohérence ? Quelles sont les réelles motivations de ces choix destructeurs ?

Ces dernières semaines, c'est l’argument financier qui est avancé. Aux centres d’assumer les contraintes budgétaires de la Ville ! Il y a là un bien mauvais calcul, car prendre le risque de voir les centres réduire leurs activités, c’est se
priver de près de 300 000 € de subventions de la CAF.

La ville dit ne pas vouloir interférer dans la gouvernance des associations et se présente comme un partenaire majeur qui souhaite discuter des actions réalisées. Soit, mais être partenaire, c'est agir autour d'un projet commun où les méthodes de travail doivent être partagées et équitables. Nous sommes loin du but aujourd’hui !

Est-ce la nature même des centres qui dérange ? Confirmés dans leurs missions par la CAF, ils sont des lieux de proximité à vocation globale accueillant toute la population et des lieux d'animation qui permettent aux habitants d'exprimer, de concevoir et de réaliser leurs projets.

C’est au nom de ces principes, eux mêmes réaffirmés en septembre par la majorité, que nous appelons de nos voeux à une sortie de crise par le haut afin que bénévoles, adhérents, usagers et salariés des centres puissent
retrouver de la sérénité et que ces mots deviennent réalité.

En ce début 2017, nous vous souhaitons pour vous et votre famille une bonne et heureuse année. Soyez assurés que nous serons vigilants sur ce dossier comme sur tout autre qui pourrait vous toucher au plus près de votre vie
quotidienne.

Contactez-nous : elus@saintsebastienaucoeur.fr / 06 31 11 54 14
Les élus « Saint-Sébastien au coeur » : Michel Caillaud, Anne-Marie Ledebt, Hervé Camus, Christelle Pottier-Chopin, Benjamin Baudry, Christine Le Mentec-Tricaud.
www.saintsebastienaucoeur.fr

09/01/2017